CODATU X – 2002 – Lomé (Togo): la mobilité urbaine pour tous

CODATU X – 2002 – Lomé (Togo):  la mobilité urbaine pour tous
Chantal PICARD
CODATU
Assistante du Délégué Général
Publication Mardi 25 Juin 2002

« La mobilité urbaine pour tous » est affirmée par les participants à la Conférence CODATU X qui s’est tenue à Lomé, au Togo, du 12 au 15 Novembre 2002. Les principes et actions suivants sont proposés :

Veuillez trouver ci-dessous la déclaration de Lomé :

Principes

Une importante amélioration de la mobilité des plus défavorisés est possible et souhaitable dans les villes des pays en développement.

Une offre de transport adaptée est nécessaire pour permettre l’accès aux emplois et aux autres activités sociales et culturelles.

La mobilité urbaine est un préalable à la réduction de la pauvreté et au développement durable.

Une mobilité urbaine améliorée n’est possible que si des programmes d’investissement innovants et efficaces sont mis en oeuvre.

Il faut rechercher la mise en oeuvre de systèmes de transport urbain durables.

La réussite d’une politique de transports urbains dépend de la solidité institutionnelle de l’autorité responsable et de règles claires pour la participation des secteurs public et privé.

La réussite d’un programme de transports urbains implique un dialogue entre les professionnels du secteur, les décideurs et les citoyens.

La prise en compte des modes non motorisés est une composante essentielle d’une politique globale des transports urbains.

L’intégration de tous les modes de transport est un préalable à la réussite d’une politique d’amélioration de la mobilité.

Les modes à forte capacité doivent être limités aux couloirs à forte demande et une priorité doit être donnée au meilleur rapport capacité/coût.

Les modes de transport artisanaux sont souvent les mieux adaptés pour le rabattement sur les axes principaux et la desserte fine des zones périphériques.

La diversité des types d’urbanisation implique que des solutions différentes doivent être trouvées pour des environnements différents.

Il faut tenir compte des effets négatifs des transports pour préserver une qualité de vie et la santé.

Il est nécessaire de faire passer dans les esprits la notion de sécurité dans les transports par l’éducation, l’information et la répression.

Il faut assurer la mobilité et l’accessibilité des plus défavorisés et des

Il faut prendre conscience du nombre d’emplois générés par le secteur des transports urbains.

Une normalisation généralisée devrait permettre de rendre les transports urbains plus accessibles.

Actions 

La planification devra s’efforcer de prendre en compte la demande existante, particulièrement des plus défavorisés, plutôt que de chercher à mettre en oeuvre des modèles à moyen et long terme organisant l’utilisation du sol.

Des plans de déplacements urbains (« PDU ») seront réalises dans le but d’améliorer la mobilité et la coordination de tous les modes de transport.

On cherchera à réduire les coûts pour les usagers et une plus grande flexibilité afin d’améliorer la mobilité et l’accessibilité.

Le logement étant la première priorité des ménages dans les pays en développement, il est souhaitable d’encourager des modes de transport artisanaux souples pour desservir les quartiers périphériques.

Dans la mesure du possible, ces modes seront légalisés à condition de respecter la réglementation.

Il faut mettre en œuvre la coopération décentralisée à condition qu’il ne s’agisse pas de chercher à transférer tels quels les modèles des pays développés dans les pays en développement.

Transport public :

Il faut donner la priorité aux autobus dans la circulation à chaque fois que c’est possible et opportun.

Il faut créer des tarifs sociaux subventionnés quand cela est nécessaire.

Il faut former et professionnaliser les conducteurs de tous les types de véhicules de transport collectif motorisés et s’en donner les moyens.

La sécurité est une condition nécessaire à la légalisation de véhicules de transport public quelle qu’en soit la taille.

Transports non motorisés :

Des pistes cyclables et des trottoirs doivent être réalisés.

Voirie et trafic :

Un effort particulier doit être fait pour améliorer la voirie secondaire.

La conception des voies prendra en compte de façon prioritaire la sécurité.

Le code de la route sera appliqué.

Environnement :

On mettra en évidence les effets sur l’environnement de la réalisation des infrastructures, de la conception des véhicules et de l’offre des services de transport.

COMMUNICATIONS

SESSION 1-1 : Conditions de mobilité de divers groupes

 Chariman : Peter FREEMAN

SESSION 1-2 : Marche à pied et bicyclette

 Chariman : Roberto GOLDSZER

SESSION 1-3 : Les outils d’information pour la mobilité et l’accessibilité (SIG, modèles)

 Chariman : Carlos NASSI

SESSION 2-1 : Approches de la mobilité

 Chariman : Didier PLAT

SESSION 2-2 : Transport non motorisé

 Chariman : Geetam TIWARI

SESSION 2-3 : Mécanismes de financement et redistribution

 Chariman : Joseph BARAT

SESSION 3-1 : Subsistance et accès aux services urbains

 Chariman : Ricardo MONTEZUMA

SESSION 3-2 : Amélioration des entreprises de transports collectifs

 Chariman : Assafoua AKA

SESSION 3-3 : Les investissements de transport de masse, quelle clef du succès?

 Chariman : Ralph GAKENHEIMER

SESSION 4-1 : Equilibre entre modes individuels et transports collectifs

 Chariman : Jan KOSTER

SESSION 4-2 : Entreprises de transport public en Afrique

 Chariman : Valérie ONGOLO

SESSION 4-3 : Les options métro léger, bus site propre

 Chariman : Prem Singh RANA

SESSION 5-1 : Transport, urbanisme et pauvreté

 Chariman : Brian WILLIAMS

SESSION 5-2 : Rôle du transport artisanal

 Chariman : Tatendra MBARA

SESSION 6-1 : Approche stratégique

 Chariman : Paul BARTER

SESSION 6-2 : Cadre réglementaire pour les transports collectifs

 Chariman : Yves AMSLER

SESSION 7-1 : Organisation institutionnelle

 Chariman : Ibou DIOUF

SESSION 7-2 : Organisation et amélioration du transport artisanal

 Chariman : Hubert NOVE JOSSERAND

SESSION 7-3 : Intégration des modes

 Chariman : Charles RIVASPLATA

SESSION 8-1 : Gouvernance, participation des citoyens, formation

 Chariman : Sudarsanam PADAM

SESSION 8-2 : Prise en compte durable de l’environnement

 Chariman : Abdelkader BAOUENDI

SESSION 8-3 : Sécurité routière

 Chariman : Amakoé ADOLEHOUME